top of page
stephanie_ahier_swisscoding.png

Stéphanie: archiviste médicale et codeuse en Gaspésie

En Gaspésie, région sauvage du Québec, trouver un métier stimulant sans devoir rejoindre un grand centre urbain est une gageure. Stéphanie a trouvé : elle code depuis 2018 les dossiers médicaux d’un grand hôpital suisse client de Swisscoding, ce qui lui permet d’enseigner à côté le métier d’archiviste médicale. Passionnée, elle aime réfléchir à la meilleure manière de coder les cas complexes mais pas trop, et apprécie la très grande variété de dossiers qui lui sont confiés.

Après avoir connu le stress et l’urgence permanente dans les services administratifs d’une clinique régionale, elle savoure aujourd’hui le rythme de travail posé propre à la pratique du codage, depuis son petit coin de bureau qu’elle gère comme elle l’entend.

 

1. Avais-tu des craintes avant de rejoindre Swisscoding ?

Oui, mais elles se sont rapidement envolées. Il faut se rappeler qu’au lancement de Swisscoding en 2018, on parlait d’un projet, alors je craignais surtout que ce soit une expérience éphémère. Aujourd’hui, l’entreprise est passée d’une petite bande à une grande équipe, on voit bien que c’est du solide.

 

2. Qu’est-ce qui t’épanouit dans le travail chez Swisscoding ?

Déjà, trouver un emploi qui me correspond tout en restant chez moi, c’est une chance. Je suis peut-être un peu solitaire, les small talks et tout ça, c’est pas forcément mon truc. Ensuite, ce boulot me permet de me complaire en ce que j’aime : le domaine médical, les technologies médicales et les nouvelles technologies en général. Et puis comme j’adore le monde de la santé, je peux satisfaire ma soif de connaissances en sciences, en biologie et en médecine. Enfin, c’est une très, très belle équipe : chaque mercredi, on a une séance tous ensemble, c’est très intéressant et tout le monde est bien à l’aise pour discuter.

 

3. Peux-tu me donner un exemple de l’amélioration continue à la Swisscoding ?

Quand on va boucler un dossier, on a parfois besoin d’un dernier document pour valider. Il y a quelques années, on le signalait aux établissements et on attendait. On devait ouvrir manuellement chaque dossier pour voir si le document y avait été versé. C’était tellement chronophage ! Aujourd’hui, on a un processus de demande au client et on reçoit une notification dès que le dossier est complet.

 

4. À quoi ressemble ta future collègue qui se plaira à Swisscoding ?

Probablement qu’elle supporterait bien de travailler sans tout un entourage de collègues. Elle serait sûrement assidue, motivée et capable de répondre aux engagements qu’on prend auprès des clients. Elle saurait que le télétravail exige une certaine rigueur personnelle et une capacité de s’organiser. Il faudrait aussi qu’elle se débrouille bien en informatique, parce que si ta connexion fait des siennes, il faut régler le problème au plus vite !

bottom of page