A PROPOS

Unir les forces en mutualisant les ressources pour repenser et améliorer la qualité, les processus, les formations et l’attractivité de la codification médicale

  • 6 personnes à la cave pour générer le revenu de tout un hôpital?

    Dans un contexte où les frais médicaux augmentent, des établissements de santé se voient obligés d’élaborer de nouvelles stratégies ou de vastes plans d’économies, impliquant parfois des restructurations voire des licenciements. Avant d’en arriver à ces extrémités, il est possible d’augmenter considérablement les entrées financières d’un établissement en optimisant le Case-Mix Index, par exemple en améliorant la qualité du codage.
     

  • Constats

    Toutes les prestations médicales remboursées par l’assurance de base sont facturées par des équipes de codage. Ces dernières, composées généralement de 2 à 8 personnes, représentent un levier fondamental dans le chiffre d’affaire d’un établissement. Prenez un établissement employant 2’000 personnes, dont 6 codificateurs: pour un chiffre d’affaires annuel de 300 millions de francs, ce sont 50 millions qui reposent sur les épaules de chaque codificateur… En optimisant le codage de seulement 2% (valeur de référence de nos expériences en Suisse et en Allemagne), c’est d’un seul coup le salaire de 50 collaborateurs qui est garanti.
     

  • Optimiser le codage

    En partie à cause du fait que c’est un métier relativement récent, les établissements de santé rencontrent certaines difficultés avec le codage médical: petite taille des équipes, mauvaise compréhension du métier, absence d’indicateurs précis sur le codage mais aussi manque de professionnels qualifiés, de formations, d’expertise et de connaissances constituent certains des défis majeurs auxquels ils font face. Swisscoding développe les moyens de remédier à ces difficultés, notamment par la mutualisation des ressources : regrouper les compétences ouvre la possibilité d’une réflexion commune entre les différents acteurs afin d’améliorer la formation, l’information et la qualité aussi bien des outils de codage que des processus et des méthodes pour atteindre une force de frappe optimale.
     

  • Audit et performance: une différence mal comprise

    Par obligation légale, le codage de chaque établissement fait l’objet d’un audit annuel. Quand le résultat de l’audit est bon, l’établissement peut être enclin à considérer – à tort – que le codage est bon. A tort car l’audit se contente de vérifier qu’il n’y a pas eu tentative de fraude à l’assurance: il ne dit rien de la qualité réelle du codage. Par peur de l’up-coding (maximisation du codage), les équipes ont peur aussi du right-coding (un codage au plus près de la réalité), souvent parce que l’on ne veut pas courir le risque d’être interpelé par l’assureur et de devoir justifier une facture contestée.
     

  • Suivi de la qualité: le calme plat

    Or la qualité du codage ne fait pas l’objet de l’attention soutenue qu’elle mérite de par son importance pour les établissements de santé. La notion même n’est pas définie: qu’est-ce qu’un codage de bonne qualité? Etre rapide? Prendre le temps de creuser les dossiers et demander des informations supplémentaires aux médecins? Trouver un maximum de codes? Avoir le moins de contestations? A ces questions s’ajoute l’absence d’indicateurs fiables permettant aux codificateurs d’évaluer la qualité de leur travail.
     

  • Une solution pour trouver des solutions: centraliser les ressources

    En vue de répondre à ces défis, l’équipe de Swisscoding rassemble les ressources dont chaque établissement de santé peut avoir besoin à tout moment. Forts de leurs expériences professionnelles au sein d’hôpitaux universitaires, de compagnies d’assurances et d’équipes de codage, les experts Swisscoding mettent en commun leurs expérience pour réfléchir à ces défis et développer des solutions taillées sur mesure en fonction des besoins de chaque établissement. Ainsi, ils peuvent par exemple analyser les dossiers, réviser les facturations en cours et passées, prendre en charge le bouclement annuel. Ils sont aussi équipés pour répondre aux contestations de l’assureur, proposer des formations (de base et continue), assurer le remplacement ponctuel d’un collaborateur et même reprendre l’intégralité du codage.
     

  • Le partenariat au coeur du codage

    L’équipe de Swisscoding est convaincue que le partenariat est au coeur de ses activités. Nous n’envisageons par exemple pas de conflits entre établissements et assureurs ; au contraire, nous croyons que le codage et les DRGs doivent être pensés et développés avec l’ensemble des parties prenantes: directions générales, médecins et payeurs. En interne, nous favorisons les échanges d’idées sous formes de brainstorming.
     

  • Hier, aujourd’hui et demain

    Forte d’une expérience concrète de près de deux ans en codage et en management d’équipes et grâce à des partenariats conclus avec des institutions reconnues, Swisscoding évolue constamment, à l’image du codage et de ses métiers. Nous ne prétendons pas avoir la solution définitive mais nous nous entourons des bonnes personnes (codificateurs expérimentés, établissements de santé, hôpitaux universitaires, centres de formation, médecins codeurs etc.) pour assurer une amélioration continue de ce métier qui joue aujourd’hui un rôle central dans le monde de la santé.

LES CODIFICATEURS

Pour les codificateurs romands, différents postes deviennent possibles comme emploi principal ou accessoire:

  • Le travail dédié à un établissement mais dans une équipe régionale ayant des expériences et référents couvrant plusieurs établissements.
     

  • Le travail dans une équipe de codificateurs soutenant les équipes de différents établissements par une intervention en télétravail

+41 21 513 68 00
Logo Swisscoding blanc
  • LinkedIn - White Circle

© 2020 Swisscoding | Créé par PFS